Phasm

Phasm : le couteau-suisse

Moody : Bonjour Phasm, qui est-tu ? Comment as-tu atterri dans la musique ?

Phasm : Je m’appelle Phasm désormais mais ca n’a pas toujours été le cas. Au début j’étais musicien et je traînais dans les salles de répétitions de mes potes, puis ça m’a donné envie de faire de la musique. Je jouais de la basse et j’ai tourné dans différents groupes de punk, death metal… Je jouais de la batterie aussi, du jazz hip-hop avec Dee Eye au piano, qui est d’ailleurs un beatmaker dont on va beaucoup entendre parler. C’est là qu’on a vraiment commencé à composer, faire de la musique plus hip-hop. Et forcément ça m’a amené à produire des instrus, etc.

Tu fais parti du 6’o clock gang. Comment est né ce collectif ?

C’est né pendant l’été 2016 au Boom bap festival, en Angleterre, où l’on avait été convié par Slice of pie. Ce sont des organisateurs d’évènements sur Bruxelles qui sont aussi membres du collectif maintenant. On est donc parti toute une troupe de Belges en Angleterre, et on jouait à 6’o clock. On est très vite parti dans une promotion intense « 6’o clock, 6’o clock ». Ça nous a tous rapprochés, les artistes présents, comme ceux qui n’y étaient pas. Il y a eu un engouement. Et voilà maintenant deux ans qu’on a un collectif… légendaire (rires). On essaye d’être actif chacun de notre côté et de propager cette idée de collectif. Pour l’instant ça ne s’est pas traduit par quelque chose de vraiment concret, à part un plateau d’une heure et demi qu’on propose. Donc de base, le truc est plutôt scénique.

Lord gasmique fait parti du collectif. C’est pour l’instant celui qui a le plus évolué en solo ?

Pas forcément non. En tout cas celui sur lequel on est tous d’accord de miser le plus c’est Jay Mng, ce jeune néerlandophone de 19 ans qui est très très très fort. Surtout scéniquement, c’est ce qui ressort le plus. À chaque concert les gens sont traumatisés. Après c’est en néerlandais donc il faut être ouvert, mais justement même les francophones ont tendance à se prendre son truc à fond. Donc ça montre bien qu’il a un truc cool.

Venlo aussi fait parti du collectif et vient de sortir son projet solo. Tu as collaboré avec lui ?

Oui, sur le projet de Venlo j’ai fait une instru, « Yeux gris ». Et j’ai tout enregistré, mixé, masterisé. Ce projet ça fait 2, 3 ans qu’on bosse dessus et il y a plein de morceaux qui n’ont pas vu le jour. Surtout pas mal de prods à moi, et même à Dee Eye. Il s’est beaucoup remis en question et il est devenu de plus en plus exigeant. Quand il s’est senti confiant il a décidé de drop le truc. Mais en réalité c’est 3 ans de maquettages, d’esquisses… et je pense qu’il a bien fait d’attendre.

Toi, avec quels artistes tu tournes en ce moment ?

C’est vrai que je suis aussi DJ, je ne l’ai pas mentionné au début. Pour l’instant en majorité avec Lord Gasmique, avec qui on a pas mal de concerts. Du côté flamand je suis aussi DJ de Berrykrimi. Ainsi que de Vehika. Je suis aussi DJ de dépannage à gauche à droite, mais avec ces 3 là c’est officiel.

Tu es multi-casquettes, mais ton métier de base, c’est ingé son. C’est ce qui te permet de vivre de la musique ?

Ouais ouais. J’ai toujours été à fond dans la musique, avant même d’être ingé son. À une période je jouais dans 3 groupes en même temps donc ma vie c’était vraiment répétitions, répétitions, répétitions… Donc j’ai toujours été dans cette optique où je voulais en vivre, mais je savais très bien que vivre de la musique à proprement parler c’est très risqué, donc l’alternative pour moi c’était d’être ingénieur du son. Pouvoir gagner de l’argent avec les projets des autres, faire quelque chose de plus sécurisant.

Au delà du fait de vivre de sa musique, qu’est-ce qui fait selon toi la différence entre artiste professionnel et artiste amateur ?

Au delà de savoir ce que tu veux et demander ce que tu estimes valoir… pas grand chose je pense. L’art c’est de l’art, ça reste subjectif, donc tout est une histoire de mise en marché. Avoir un bon agent, bien se vendre… C’est ça qui fait un artiste professionnel je pense. Parce qu’il y a des gens très talentueux qui restent dans leur cave, qui ne font rien de leur talent, donc ils sont fatalement moins professionnels que d’autres.

Alors est-ce qu’on peut réussir sans agent ou sans manager ?

Ça m’étonnerait, à moins d’être son propre agent et d’avoir des connaissances du métier. Moi pour ma part – c’est pas comme si j’avais une grosse carrière, je suis occupé sur plein de trucs – mais je m’auto-manage. Mais j’ai fait des études de business de la musique, j’ai étudié tout ça, donc je suis plus ou moins capable de le faire. C’est donc possible, mais il arrive un moment où si tu veux gagner du temps il faut pouvoir compter sur des gens.

Et quand on passe au statut « pro », quelles qualités humaines et professionnelles faut-il pour perdurer ? Est-ce que ça tient seulement du talent ou bien aussi de la personnalité ?

C’est dur, la musique aujourd’hui est tellement consommable et les tendances changent très vite. Donc même si tu es quelqu’un de très talentueux et ambitieux, ça peut ne pas suffire. On peut toujours se planter du jour au lendemain sans vraies raisons, c’est très dur de préméditer tout ça. Si un artiste veut perdurer, il perdurera, il continuera à créer, mais le succès ne sera pas forcément au beau fixe.

Je te pose cette question car tu as une vision globale du truc, tu bosses avec plein de jeunes artistes, et tu as peut-être eu le recul pour analyser pourquoi pour certains ça fonctionne, et pour d’autres non.

Ouais, je crois que c’est une chose vraiment inexplicable. Tu ne peux pas savoir pourquoi un truc va marcher du jour au lendemain. En général, quand tu essayes de le calculer, c’est très éphémère et souvent factice. Un vrai succès, un vrai engouement, tu ne sais pas d’où ça vient. Je prends l’exemple de l’Or du commun : eux, ils étaient vraiment au coeur du renouveau du rap belge, tout le monde kiffait mais on n’a jamais su pourquoi. Ils étaient là, c’était frais, ils sont cools. Humainement aussi ils sont toujours été corrects avec les gens avec qui ils ont travaillé, et ça sur le long terme, je pense que ça joue. On garde une bonne image de toi. Mais pourquoi ça a fonctionné, on ne sait pas, et eux-même ont mis du temps à être satisfaits de ce qu’ils font. Maintenant je suis content de voir qu’ils sont ultra pro et qu’ils font de la putain de musique, mais au début ils faisaient ça sans réfléchir.

En tant qu’épicentre du rap belge, j’aimerais avoir ton avis sur ce qu’il se passe en ce moment. Pour toi, le meilleur projet sorti depuis début 2018 ?

Dans le rap belge ?

Oui, uniquement dans le rap belge.

Je sais pas… Je m’en bats les couilles, comme dirait Kevin de Bruyne (rires). Non, le meilleur projet pour moi, c’est celui de Venlo. Mais bon c’est tellement pas objectif, j’ai bossé sur tout ce projet.

Je ne t’ai pas demandé d’être objectif, je veux ton avis.

Je trouve que c’est vraiment frais ce qu’il fait, il est très fort. Mais je ne me tiens pas bien à la page, donc c’est dur…

Dans une interview de Tarmac l’année dernière, tu disais que tu étais chauvin et que tu ne voulais pas travailler avec des français, voilà pourquoi je me suis focalisée sur le rap belge. Mais est-ce que c’est toujours le cas ?

Pour le moment c’est toujours le cas. C’est pas que je suis raciste, mais j’ai besoin de rencontrer les gens. Entre temps j’ai quand même bossé avec des parisiens, comme Sheldon de la 75è session, mais ça s’est fait parce que je suis allé là-bas, on s’est rencontré. Je suis pas fermé à ce point, mais j’ai besoin d’un truc humain. J’imagine que si j’étais en France je bosserais avec des français, mais je suis à Bruxelles.

Quelle collaboration t’a le plus marqué ? Transcendé, même.

Humainement, je dirais l’album de Karib. J’ai vraiment kiffé bosser dessus. C’était une période où je commençais à être vraiment satisfait de mon travail. Lui c’est un ancien, on s’est tout de suite bien entendu de fou, c’est devenu un vrai pote. Et puis c’est quand même un album de 36 morceaux, qu’on a fait en 6 mois, on a été très efficaces. C’est peut-être pas l’album de l’année, mais c’est une vraie rencontre humaine, on s’est fait plaisir tout en restant professionnel.

Ta collaboration rêvée ?

Peut-être Anderson Paak ou un ricain comme ça tu vois, un Kendrick (rires). Mais j’ai aucune prétention, je suis pas au level.

La prod’ que tu es le plus fier d’avoir placée ? Il y en a une ?

Pour l’instant non… il n’y a rien où je me dis « c’est vraiment ouf », en toute honnêteté.

Sympa pour les artistes avec qui tu as travaillé.

(Rires) Non mais à l’aise, en général je suis content des morceaux, mais pour moi je n’ai rien fait de ouf.

Le dernier artiste qui t’a mis une claque en live ?

Si on doit parler rap, purement rap, c’est Ichon. Il est ultra rock’n’roll, il gueule comme un punk, il est possédé, une vraie énergie, des vraies prods. Je viens de ce milieu donc j’ai beaucoup aimé, mais c’est très rare.

Et un artiste pas rap alors ?

C’est surtout du métal. Du genre Opeth, un groupe qui m’a beaucoup inspiré. Je les ai vu plusieurs fois à l’AB et c’est à chaque fois des vrais concerts.

Tu ne délaisses pas le métal alors.

Non non, je ne délaisse pas la vraie musique.

Ah, le rap ce n’est pas de la vraie musique ?

Malheureusement, non (rires). Ça parait con, il y a plein de gens qui défendent ce point de vue, mais moi dans ma tête, il y a la vraie musique et il y a le rap.

Pourquoi ce n’est pas de la vraie musique ?

Que ce soit dans les productions ou autre… ça manque de vie. Pour moi le hip-hop pur et dur, c’est répétitif, mécanique… c’est pas humain quoi, pas de la vraie musique. Après il y a d’autres choses très hybrides et plus arrangées, mais ça va beaucoup moins me parler qu’un truc à la con mis en boucle. C’est un peu tout ou rien, j’ai du mal avec les mélanges.

Tu n’as jamais voulu évoluer dans un autre style que le hip-hop ?

Si tu veux gagner ta vie, non.

Ah ouais, tu penses money money.

Bah ouais, pas le choix. Si j’en suis venu à faire autant de hip-hop aujourd’hui, c’est limite pour des raisons financières. C’était plus facile d’enregistrer des rappeurs, il y en avait plein… C’est beaucoup plus simple que de trouver un groupe de rock prêt à s’engager avec toi sur tout un album, quand il faut passer 2 ou 3 jours de studio pour un seul morceau. Quand un morceau de rap, en une heure tu peux le faire si tu es efficace.

Pour en revenir au rap belge, trois petites questions…

La plus belle plume ?

Pour moi celui qui écrit le mieux c’est Caba, ç’a toujours été lui dans son registre. Mais il y a plein de styles d’écriture différents. Par exemple Scylla aussi écrit très bien. Donc je dirais Caballero, Scylla et Mistral.

Le meilleur flow ?

C’est dur… Moi je suis un connard de la rime et des trucs techniques, donc pour moi un bon flow c’est un flow technique. Même si on peut avoir du flow sans être technique. Je dirais Zwanguere guy, c’est un gars qui m’a toujours traumatisé, qui est capable de sortir que des flows de batard en impro sans s’arrêter.

Le meilleur beatmaker ? À part toi, bien sûr.

C’est Grazzhoppa je pense. C’est un ancien, un néerlandophone. C’est le seul artiste belge de hip-hop qui sort des vinyles tous les ans depuis 30 ans. Donc il est prolifique, mais en plus de ça il a fait beaucoup de classiques. Et dans la nouvelle génération il y a Dee Eye qui est très très fort. Jeanjass aussi, Le seize qui m’a beaucoup inspiré… Ils sont tous très forts. Ponko aussi. C’est vrai, j’avais pas pensé à lui mais c’est celui qui me vend le plus rêve, je valide toujours à 100%.

Pour finir, tes projets ?

Il y a un projet avec Absolem qui va sortir, c’est officiel. Et ma deuxième mixtape avec tout pleins de featurings qui va arriver, probablement cet été. Et en même temps je ressortirai la première, ce sera un double volume.

Quels featurings sur le volume 2 ?

Alors il y aura Jay Mng, Krimi… Et le reste c’est surprise !

Merci Phasm !

Publicités

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :